Préparer la conférence COP 21 – Paris 2015

La prochaine conférence internationale des Nations Unies sur le changement climatique (COP21) aura lieu à Paris en novembre 2015. L’agence Phare propose une méthode pour amplifier la voix de la société civile. 

La conférence de Paris est un rendez-vous avec l’histoire : alors que la fin du protocole de Kyoto a été prolongée de 2012 à 2015, l’absence d’accord international à la Conférence de Paris créerait un vide juridique catastrophique.

Un accord général sur les objectifs et les moyens de réduction des émissions de CO2 ainsi que sur l’adaptation des sociétés et des économies au réchauffement climatique est plus que jamais nécessaire.

Réchauffement de la planète, montée des eaux, bouleversement des écosystèmes, déplacement des populations : l’état d’urgence est décrété depuis longtemps et la préparation de la COP21 peut donner un nouvel espoir.

Associer la société civile : pourquoi et comment? Face à la lenteur des négociations internationales sur le changement climatique, la mobilisation de la société civile demeure une ambition et un levier indispensable pour faire pression sur les États.

Les règles du jeu fixées par l’ONU se concrétiseront, lors de la conférence, par la mise en place et l’animation de collectifs de représentation (d’administrations, de syndicats, de jeunes, de populations autochtones, etc.). Ils seront accrédités pour porter la voix de la société civile via des « points focaux » servant à relayer les informations et coordonner les positions. Au sein de l’administration française, des référents « société civile COP21 » seront en lien avec de nombreuses parties prenantes : ONG, collectivités territoriales, syndicats, universités, journalistes, etc.

En amont de la Conférence de Paris, la participation de la société civile à sa préparation peut prendre plusieurs formes, parmi lesquelles : 

  • l’émergence de projets portés par des citoyens et des associations (comme le projet Art of Change 21), soutenus/labellisés ou non par l’administration française, qui peuvent s’appuyer sur des plateformes de promotion et valorisation telles que Solutions COP21 ;
  • la production de recherches, de positions communes et les activités de plaidoyer réalisées par des acteurs tels que l’association internationale d’étudiants CliMates ou le réseau d’ONG Beyond 2015.

Ces initiatives sont diverses et nombreuses. Nous partons d’un double constat : d’une part, la complexité du sujet et les impasses diplomatiques peuvent provoquer un sentiment d’impuissance et de démobilisation de la société civile ; d’autre part, il peut être difficile pour un acteur de faire passer un message clair et lisible dans l’environnement médiatique extrêmement concurrentiel d’une conférence internationale. Dès lors, comment peser sur les négociations? 

Comprendre l’organisation de la société civile en 2014-2015. L’agence Phare, forte de son expérience et de son expertise des enjeux liés à la transition énergétique (connaissance des conférences internationales sur le climat, travaux de recherche sur les mobilisations citoyennes environnementales et les projets type Agenda 21), souhaite contribuer à cet effort en proposant un service global.

Intitulé ÉCLAIR (Éclairer, Cartographier et Analyser les Initiatives et les Réseaux), il est destiné aux différentes parties prenantes du processus menant à la Conférence de Paris 2015 : ONG, collectifs, syndicats, établissements d’enseignement supérieur, etc.

Il consiste en un accompagnement de la structure en 3 étapes : 

  • la cartographie des acteurs et des controverses constituant l’environnement de la structure (réseaux de partenaires, de concurrents, de bénéficiaires, de clients) ; 
  • la mise en débat des cartographies produites pour analyser la configuration des acteurs, des débats et des rapports de force mis à jour, par l’animation d’ateliers collaboratifs. L’objectif est de décrypter l’organisation de la société civile en train de se faire en vue de COP21. 

L’étude et la cartographie des réseaux sont des outils qui permettent de mieux cibler et valoriser l’identité et la visibilité des acteurs de la société civile constituée en réseaux – et ainsi de renforcer les partenariats ou d’en envisager de nouveaux.

La méthode ÉCLAIR : une plus-value stratégique, médiatique et pédagogique. L’objectif est de décrypter pour nos clients l’organisation de leurs réseaux en train de se faire en vue de la COP21. 

ÉCLAIR permet de renforcer la participation des membres et partenaires d’un réseau. Par conséquent : comprendre les raisons d’un « non-engagement » des membres, évaluer l’évolution de ses partenariats, et en envisager de nouveaux.

La méthode ÉCLAIR peut constituer un outil de mise en débat de l’identité du réseau à destination des membres ou des partenaires. Par conséquent : fournir un support pour susciter l’intelligence collective sur le changement climatique.

ÉCLAIR permet également de contribuer au plan de communication de votre réseau en renforçant la visibilité des acteurs, compétences, secteurs d’activité d’un réseau. Par conséquent : donner une plus grande légitimité auprès de ses donateurs ou des autorités politiques.

L’étude et la cartographie des réseaux sont des outils qui permettent de mieux valoriser l’identité des acteurs de la société civile constituée en réseaux, de rassembler les idées et les acteurs de manière plus collaborative et bottom-up. La dynamique naissante ne doit pas être déçue.

 *

Cette méthodologie est souple et nous proposons de définir le contenu et les objectifs des cartographies en symbiose avec les exigences de nos partenaires et interlocuteurs.

Pour tout renseignement, vous pouvez nous contacter :

emmanuelphare@gmail.com ou francoisphare@gmail.com