Analyser le changement d’échelle de l’innovation sociale

L’Agence Phare a été sélectionnée pour évaluer les projets lauréats du programme « La France s’engage » sur les thématiques liées à la citoyenneté et au numérique, par le Ministère de la Ville, de la la Jeunesse, et des Sports.

Face au durcissement des problématiques sociales et/ou environnementales que les pouvoirs publics peinent à aborder efficacement, les associations et entreprises sociales participent activement à la construction de l’intérêt général.

La capacité d’innovation sociale et l’impact social de ces organisations est de plus en plus reconnue par les acteurs publics, comme l’illustre l’adoption de la loi Territoires zéro chômeur de longue durée par le Sénat début janvier, directement issue de l’initiative d’ATD Quart Monde.

Dans ce contexte, le programme présidentiel La France s’engage se donne pour vocation d’identifier, financer et accompagner une centaine de projets à haut potentiel d’impact social, dans leur expérimentation (programme 1), dans leur changement d’échelle (programme 2) et dans leur déploiement à l’échelle nationale (programme 3).

Les projets sélectionnés relèvent de cinq grandes thématiques :

  • la lutte contre l’exclusion et la santé,
  • l’emploi et l’insertion;
  • l’éducation et la formation;
  • la citoyenneté et la vie associative;
  • et le numérique

Sélectionnée pour évaluer les axes citoyenneté et numérique, l’Agence Phare aura à coeur de produire et de diffuser des connaissances sur la manière dont ces lauréats proposent des solutions innovantes et peuvent changer d’échelle pour accentuer leur impact social.

L’innovation comme réponse à un problème social ou environnemental. Une partie des projets innovants vise à réduire les inégalités que les individus connaissent dans leur vie quotidienne ou bien pour accéder au numérique, à travers le renforcement du lien social et des solidarités.

Les projets de l’axe citoyenneté s’attachent à la promotion du pluralisme et au dialogue des opinions et des modes de vie (Enquête, Coexister, Collectif d’associations CoExist, Union nationale des lycéens, ou encore à la promotion des solidarités  intergénérationnelles, par le soutien aux personnes âgées dépendantes (Belle planète).

Certains projets peuvent également avoir pour ambition de valoriser les aspirations de jeunes en favorisant le développement de leur potentiel, leurs compétences et leur réseau d’action. C’est notamment dans le cas des jeunes ayant été volontaires en Service civique  (L’Institut de l’Engagement).

Les projets sélectionnés dans le champ du numérique visent répondre à des problématiques d’insertion sociale et territoriale (Permis de vivre la ville), culturelle (Bibliothèques Sans Frontières), ou professionnelle (Simplon.co, Zup de Co) en permettant à leurs bénéficiaires d’accéder à de nouvelles ressources numériques ou de se former à de nouveaux métiers.

Certaines de ces structures, comme HelloAsso et Les Ateliers du bocage, proposent plus spécifiquement de répondre aux besoins de financement et de compétences d’autres structures associatives, en les accompagnant dans leur passage au numérique.

Mettre en capacité les acteurs : le renouveau des approches, des méthodes et des outils. Une partie des projets utilisent de nouveaux espaces de dialogues et le numérique pour valoriser et augmenter les compétences de leur bénéficiaires (individus et organisations).

Les projets relatifs à la citoyenneté innovent, par exemple, en créant de nouveaux espaces de dialogue, comme le média Zone d’Expression Prioritaire qui propose aux jeunes de témoigner, se raconter, et s’emparer de la réalité sur le web. Autre exemple : Enquête propose des approches pédagogiques originales pour développer la connaissance de la laïcité dans les écoles primaires.

Les multiples usages de « l’instrument » numérique peuvent ouvrir de nouvelles perspectives pour améliorer la gestion, la communication ou de collecter des dons en ligne (telle que la plateforme web de HelloAsso). En outre, ils renouvellent l’organisation du travail en favorisant le mode collaboratif et participatif, pouvant donner naissance à des communautés numériques.

L’évaluation menée par l’Agence Phare cherchera à savoir comment ces projets, numériques et citoyens, favorisent le mode participatif, la montée en compétences et l’engagement d’un grand nombre de bénéficiaires.

Changer d’échelle : un défi majeur pour augmenter l’impact social des organisations. Les stratégies de déploiement de ces projets, qui seront appuyées par le dispositif La France s’engage, peuvent prendre différentes formes.

Quatre grandes stratégies de déploiement peuvent ainsi être distinguées :

  • « scale deep » : amélioration qualitative de l’impact social ;
  • « scale out » : diversification des produits ou services, tout en cherchant à augmenter l’impact sur chaque bénéficiaire ;
  • « scale up » : augmentation du nombre de bénéficiaires ou de territoires couverts ;
  • « scale across » : diffusion du modèle d’innovation à d’autres acteurs.

Au premier abord, certains projets cherchent à accroître le nombre de leurs bénéficiaires sur de nouveaux territoires (Institut de l’Engagement, Coexister, Zone d’Expression Prioritaire, Union nationale des lycéens, Belle planète, Simplon.co, Zup de Co, Bibliothèques Sans Frontières). D’autres projets souhaitent diffuser le modèle auprès d’autres acteurs associatifs (Permis de vivre la ville).

Un des enjeux de l’évaluation est d’identifier ou de questionner les typologies du changement d’échelle des projets retenus, notamment de comprendre comment les projets combinent différents types de changement d’échelle ou bien expérimentent de nouveaux modèles.

Les objectifs de l’évaluation et la méthode déployée. Certains projets lauréats ayant déjà fait l’objet d’auto-évaluations ou d’évaluations externes, la mission confiée à l’Agence Phare est avant tout d’étudier les logiques et les modes de changement d’échelle qu’ils visent.

Le protocole d’évaluation proposé par l’Agence Phare poursuit ainsi plusieurs objectifs :

  • caractériser l’innovation sociale et le profil des innovateurs ;
  • comprendre les modalités de changement d’échelle des projets, c’est-à-dire la manière dont les organisations lauréates s’y prennent pour diffuser sur d’autres territoires leurs pratiques innovantes et/ou étendre le nombre de leurs bénéficiaires ;
  • mettre en évidence d’éventuels leviers et freins rencontrés par les innovateurs.
  • étudier les apports du programme LFSE dans le déploiement et la diffusion des projets innovants et l’apparition d’une potentielle communauté de lauréats.

L’équipe mobilisée par l’Agence Phare ira à la rencontre des lauréats sur le terrain, en menant des observations des projets en action et des entretiens individuels et collectifs. Notre approche de la cartographie des réseaux d’acteurs permettra de comprendre comment les innovateurs s’inscrivent dans des réseaux afin de démultiplier l’impact de leur(s) action(s).

Identifier et diffuser les nouvelles tendances de l’innovation sociale. Cette mission a pour objectif  de suivre le déploiement de projets innovants pour identifier à la fois leurs effets et les conditions de leur diffusion, dans un contexte de forte restructuration du milieu associatif.

Pour nous, elle s’inscrit dans le prolongement de l’évaluation des expérimentations et des études menées par l’Agence Phare sur l’information des jeunes et l’engagement des jeunes par leurs pairs, ainsi que dans le prolongement du mentorat auprès de l’incubateur du Sensecube.

Le rapport final de l’évaluation de La France s’engage apportera ainsi, début 2017, une contribution importante à l’identification et la transférabilité des stratégies et modèles de changement d’échelle efficaces, et in fine, à la coopération des acteurs de terrain avec les pouvoirs publics.