Évaluation de politiques publiques

La France s’Engage

Évaluation du dispositif La France s’Engage (LFSE) et du changement d'échelle des lauréats des lots « Citoyenneté et Vie associative » et « Numérique »

Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Direction de la Jeunesse, de l’Education Populaire et de la Vie Associative. INJEP, MAFEJ..

Méthodes : méthodes qualitatives

janv. 2016

 

avr. 2017

En identifiant et soutenant des innovations sociales qui fonctionnent localement, le dispositif présidentiel La France s’engage constitue un nouveau levier d'action publique. Une enquête qualitative approfondie a permis d’établir trois résultats majeurs.

Le premier ensemble de résultats concerne les types d’innovations sociales soutenues par LFSE : les lauréats ont comme point commun de s’inscrire dans l’agenda politique. La sélection des lauréats s’inscrit davantage dans une logique de réponse à un problème public saillant qu’à la prévention d’une problématique sociale émergente. Cette dépendance au contexte politique exclut des projets d’innovation sociale qui s’adressent aux problématiques sociales de demain, mais qui ne sont pas identifiés comme prioritaires aujourd’hui.

Le deuxième ensemble de résultats porte sur les objectifs et stratégies des changements d’échelle engagés par les lauréats. Encouragés par les modalités même de candidature au dispositif LFSE, les lauréats engagent des programmes ambitieux de croissance quantitative de leur activité, qui questionnent les besoins en ressources humaines et la permanence de la qualité de l’innovation sociale. Ces questionnements conduisent les porteurs de projets à développer des stratégies d’amélioration (scale deep) et de transférabilité des outils (scale across) pour absorber et assumer les conséquences d’une croissance rapide (scale up). Concernant spécifiquement les projets numériques, l’évaluation démontre plateformes adoptent des modèles spécifiques de changement d’échelle  : loin de poursuivre des stratégies purement numériques, elles visent principalement à territorialiser leur développement en s'appuyant sur plusieurs leviers d’action (organisation de formation à destination d’associations et de réseaux associatifs, choix de modèle d’essaimage souple à travers la signature de chartes ou de certifications).

Un troisième ensemble de résultats porte sur les conditions de réussite du changement d’échelle. L’étude souligne d’abord les inégalités de ressources des lauréats au démarrage de leur changement d’échelle. En effet, les structures les plus institutionnalisées et disposant d’importantes ressources humaines internes mobilisent aisément les ressources financières, stratégiques, partenariales et administratives nécessaires au changement d’échelle. Aussi, l’importance de l’accompagnement stratégique et la construction d’un réseau partenarial pluriel sont davantage nécessaires pour les structures récentes et de petite taille. Dans ce cadre, l’évaluation a révélé l’impact probant, mais variable selon les phases d’avancement des projets lauréats, du levier financier du dispositif LFSE sur les changements d’échelle des innovations sociales. En revanche, concernant l’accompagnement des lauréats, il semble que le décalage entre les attentes des lauréats et les modalités effectives de l’accompagnement ait parfois été source de déceptions. S’agissant enfin de la levée des barrières administratives, qui constitue une originalité marquante de LFSE dans le paysage du soutien au changement d’échelle de l’innovation sociale, il semble qu’elle se limite à des contextes et des projets particuliers et qu’elle ne se traduise pas dans une transformation profonde des pratiques des administrations.

En
savoir plus
Ils
parlent de l’étude :

"Scale Up, Scale Deep, Scale Across…. Ces nouveaux modèles de croissance qu’adoptent les startups de l’ESS", Maddyness
https://www.maddyness.com/2017/08/29/ess-reinventer-croissance/

"A-t-on vraiment besoin de startups à vocation sociale ?", Maddyness
https://www.maddyness.com/2017/07/20/ess-startups-vocation-sociale-besoins/